Disdonc Didask

Le blog pour apprendre à apprendre

Newsletter
Formation professionnelle Article

Le handicap n'est ni un superpouvoir ni une malédiction - Interview de Hamou Bouakkaz

Par Philip Moore

11/07/2018

Photo d'Hamou Bouakkaz

Hamou Bouakkaz, homme politique, responsable associatif, et consultant en management de la diversité, est l’un des principaux concepteurs de la formation Zest’, première e-sensibilisation dédiée au handicap au travail. Non-voyant de naissance, il a tour à tour exercé les métiers de trader, ingénieur, ou encore enseignant, avec à chaque fois le souci de la responsabilité sociale et de la bienveillance dans le travail. Il nous explique en quoi notre relation au handicap, au-delà des stéréotypes, n’est jamais que notre relation à cette altérité dans laquelle nous refusons de voir notre propre miroir. Savoir nous reconnaître dans l’autre et vice versa, telle est en définitive l’enjeu de la sensibilisation, dans l’entreprise comme au-delà.

En quoi le handicap concerne-t-il toutes les entreprises ?

Le handicap n’est plus désormais l’apanage de quelques personnes mal nées ou victimes de maladies mal soignées !

Il touche désormais, ponctuellement ou définitivement, près d’un salarié sur deux. Les aveugles de naissance comme moi sont une espèce en voie de disparition !

Quel est l’intérêt de sensibiliser les salariés sur ce sujet ?

Les nouvelles technologies et l’amélioration du suivi médical font qu’on peut vivre, travailler, diriger avec un handicap, à conditions que l’environnement et les préjugés ne se coalisent pas pour mettre devant soi des barrières infranchissables !

Un personnel sensibilisé est un personnel attentif et prévenu contre les biais de décision. Zest’ montre qu’on peut être en fauteuil roulant et pilote de voltige.

Nul n’aurait pu imaginer qu’un aveugle aurait pu être opérateur en salle des marchés, avant que mon entreprise ne s’autorise à me donner cette opportunité.

Nul ne peut imaginer non plus que Josef Schovanec, autiste et auteur de plusieurs best-sellers, bachelier avec les félicitations et diplômé de Sciences Po Paris, n’a trouvé un premier emploi que parce qu’il a échangé avec un patron aveugle qui ne lui en a pas voulu de ne pas le regarder dans les yeux !

Une meilleure prise en compte des situations de handicap peut-elle impacter la performance des organisations ? Si oui, comment ?

Indubitablement ! Il s’agit de réinterroger les tâches à accomplir dans une équipe afin de mettre chacun dans les meilleures conditions pour qu’il soit un maximum de temps au maximum de ses capacités.

En s’adaptant à la fatigabilité d’un salarié, en permettant le télé-travail pour celui qui se déplace plus difficilement, en ne saturant pas de réunions l’emploi du temps du phobique social, on envoie un signal inclusif qui motivera le salarié qui en bénéficie sans brimer ses collègues.

Tenir compte des situations de handicap permet parfois d’accélérer une évolution : quand j’ai pris mes fonctions d’adjoint au Maire de Paris, cela a contribué à faire évoluer certains processus de travail. Par exemple, ma présence a accéléré la mise en place de délibérations dématérialisées.

Quelle idée reçue sur le handicap aimeriez-vous le plus contribuer à faire reculer ?

« La personne handicapée est un héros ou un maudit ». Être handicapé ne donne pas de super-pouvoirs, pas plus que cela entraîne systématiquement l’échec et la complexité dans l’interaction.

Zest’ parle savamment de la résilience et montre combien la bêtise est la chose du monde la mieux partagée.

Dans quelle mesure la formation peut-elle aider à faire changer les mentalités sur le handicap ?

Zest’ est une manière ludique et déculpabilisante d’entrer dans cette ballade en altérité. On entre dans la formation en pensant découvrir une personne différente.

On en sort en découvrant qu’à quelques préjugés et manières de voir près, nous sommes tous semblables : un mélange subtil de confiance en soi et de doutes, de fragilités et d’audace.

<img class="hs-cta-img" id="hs-cta-img-37ef30ef-0759-4c38-8a9d-e21ee89e74e6" style="border-width:0px;" src="https://no-cache.hubspot.com/cta/default/3073236/37ef30ef-0759-4c38-8a9d-e21ee89e74e6.png" alt="Testez gratuitement  la formation en ligne Zest' "Changer de regard sur le handicap""/>
Philip Moore Philip Moore est ingénieur pédagogique, spécialiste de la transformation digitale des parcours de formation. Ancien élève de Sciences Po Paris et de la London School of Economics, son expérience porte sur l'accompagnement au déploiement de pédagogie innovante ainsi que la conception de formations digitales.

Lire aussi

  1. Apprentissage durable

    Dites-le avec une métaphore : comment les raccourcis mentaux facilitent l'apprentissage

    “Mais où est donc Or-ni-car ?” Si vous vous souvenez encore aujourd’hui de la liste des conjonctions de coordination, vous le devez probablement à cette question aussi étrange qu’inoubliable. Les moyens mnémotechniques sont une méthode bien connue pour aider vos apprenants à mieux mobiliser ce qu’ils ont appris, mais il en existe plusieurs autres similaires.

    Svetlana Meyer

    10/12/2018

  2. Apprentissage durable

    Pour lutter contre l'oubli, mettez votre mémoire à l'épreuve

    L'effort de récupération est l'un des piliers les plus fondamentaux de l'apprentissage : si vous ne fournissez jamais cet effort, il vous est beaucoup plus difficile de mobiliser ce que vous avez appris sur le long terme. La récupération consiste à retrouver dans sa mémoire les notions apprises et les restituer avec le moins d’aide possible.

    Svetlana Meyer

    07/12/2018

  3. Apprentissage durable

    Pour un apprentissage réussi, focalisez l'attention sur l'essentiel

    Les premiers retours sur votre e-learning sont sans appel : les apprenants trouvent les vidéos de cours trop monotones. Pour la prochaine session, vous prévoyez d'ajouter une musique de fond bien rythmée à chaque vidéo afin de rendre votre parcours plus dynamique. Vos contenus de formation seront peut-être plus engageants, mais vos apprenants auront-ils réellement appris quelque chose ?

    Svetlana Meyer

    15/11/2018