Bien digitaliser ses formations, ça consiste en quoi ?

Benjamin Poucin
·
21/1/22
Digitalisation des formations Didask digital learning

Aujourd’hui, les organisations utilisent une multitude de supports de formation et le champ des possibles peut paraître grisant. Parce qu’elles avaient conscience de la richesse et de la diversité de ces supports, de nombreuses entreprises ont sauté sur l’occasion, afin de les mettre en ligne à disposition des collaborateurs. Seulement voilà, il arrive parfois qu’on passe à côté de quelqu’un (les apprenants) ou de quelque chose (la réflexion pédagogique) et qu’on se lance à corps perdu dans la simple transposition d’une formation déjà existante, mais qui ne fait pas mouche. Alors, comment s' y prendre pour impacter l’apprentissage et favoriser la montée en compétences ? Comment vous y retrouver, en tant que formateur ? Enquête sur les véritables pré-requis de la digitalisation de la formation !  

Les obstacles à franchir pour transformer une formation existante en formation digitale

La digitalisation d’une formation est un processus impliquant la remise en question d’une foule d’a priori et d’idées reçues : organismes, services de formations, formateurs et entreprises en ont bien conscience ! Premier frein à lever ? La transition d’une forme d’apprentissage traditionnelle à une ou plusieurs modalités pédagogiques d’ordre numérique. Parfois trop rapide ou trop brutale, ce que l’on nomme “l’acculturation au digital”  nous ferait presque oublier certains enjeux liés au rythme d’apprentissage d’un collaborateur, à l’interactivité d’un contenu, ou tout simplement, au travail de pédagogie à fournir. 

La digitalisation ne devrait pas être considérée comme une planche de salut ou une solution de remplacement, bien au contraire. Cette plus-value “learning” permet de consolider, compléter et booster les modalités pédagogiques existantes au sein d’une structure, quels que soient sa taille et son domaine d’activité. En effet, l’apprentissage, y compris en e-learning asynchrone, ne peut se passer d’un enseignant référent ou d’un formateur. Pour contrer l’obsolescence des compétences, il faut être capable de suivre la cadence, et d’optimiser l’élaboration et le pilotage d’une formation. 

Aujourd’hui, de nombreux apprenants consomment régulièrement des contenus sur le Web à titre personnel, pour leur propre plaisir, ou par simple curiosité. Dans cette logique de continuité, d’envie d’apprendre et de se former, il est important de se pencher sur la problématique pédagogique de la digitalisation d’une formation, afin de susciter leur engagement et leur motivation. Pour le formateur, le service RH ou encore le service de formation, il semble nécessaire d’aider les équipes en interne ainsi que les apprenants dans le processus d’assimilation de nouveaux outils mais également de nouvelles méthodes d’apprentissage. Quant aux équipes de formation, elles doivent parvenir à transformer leurs habitudes de travail, pour pouvoir intégrer le digital dans leurs parcours de formation.

Demander une démo de Didask

Digitaliser ses formations : qui sont les faux amis du concepteur de formation ?

Méfiez-vous des drôles de bruits qui courent ! Non, il ne suffit pas simplement d’héberger vos contenus et d’en donner l’accès à vos collaborateurs pour qu’ils consultent vos formations avec plus d’entrain qu’auparavant : slides qui défilent, documents Word ou PDF déroulés page par page à l’écran, formats vidéo … Écartez-donc les faux amis de votre chemin ! 

La communication des ressources à disposition

En présentiel, les formateurs tablent généralement sur des supports type slides. Dans le cadre d’une formation e-learning asynchrone, ils se tournent vers des documents PDF ou des tutoriels vidéo. Ici, le piège serait de croire qu’une communication réussie vous aide à digitaliser vos formations en toute sérénité, afin d’impliquer vos apprenants dans le moindre de vos parcours d’apprentissage. Malheureusement, la seule diffusion de ces ressources ne suffit pas : messages d’invitation envoyés aux collaborateurs, variation des canaux de communication, relances, intégrations à d’autres modalités de formations …  

Autant d’outils dédiés à l’augmentation du nombre d’inscrits qui, sans surprise, ne généreront pas d’engagement ni de progrès pour ceux qui iraient au bout de la formation. Ce mode d’apprentissage, trop passif, ne stimule pas la mémorisation ni le transfert ou la mobilisation des connaissances en situation de travail. Ces ressources seront tout autant consultées que lorsqu’elles dormaient dans les dossiers d’un formateur de l’organisation.

Une transformation inappropriée des contenus

La transformation des contenus de formation est utilisée à tort et à travers, puisque bien souvent, elle ne correspond pas aux objectifs du formateur ou responsable de formation, cette métamorphose ne risque pas de produire de miracles. Certains penseront qu’en adaptant quelques slides au format d’une vidéo motion design, l’affaire sera dans le sac. Encore une fausse “bonne” solution qui prétend dynamiser votre formation digitale : le cœur du problème ne se situe pas dans la palette d’outils et de formats, somme toute sympathiques, dont vous disposez. De nouveau, les apprenants devront s’auto-former et votre vidéo fera un flop. 

À la question “Pourquoi ?”, nous vous répondrons simplement que vos supports de formation ne sont pas destinés à cet usage : les quelques slides en motion design, ou la fameuse centaine d’autres qui attendent les apprenants, sont conçus pour être animés par quelqu’un. Le formateur ou la formatrice en parcourra les différents éléments, pointera les notions auxquelles les apprenants doivent prêter une attention particulière, posera des questions… Bref, fera vivre ces supports. Un tel guidage est justement ce qui permet à l’apprenant de mettre en place les bonnes stratégies d’apprentissage pour en tirer le meilleur. 

Diffuser de tels types de supports gomme toute la partie interactive, celle qui contraint l’apprenant à s’auto-former seul face à son écran et à animer, en quelque sorte, sa formation. D’autant que, s’il débute, il n’aura pas la capacité d’y parvenir par ses propres moyens. Or, c’est justement l’intervention d’un formateur qui prédit la qualité de son apprentissage et par conséquent, son niveau d’engagement dans une formation.


Comment passer de 100 slides à 10 notions essentielles ? Le guide Didask

Guidage et interactivité : faites progresser l’apprentissage

Les formateurs ne peuvent pas se contenter de modules plus “interactifs” pour consolider les compétences des apprenants. Somme toute, créer une formation digitale ne consiste pas à éditer des contenus. Créer une formation digitale, c’est permettre au formateur comme à l’apprenant de s’approprier ces mêmes contenus : l’un conçoit une activité pédagogique quand l’autre la pratique. Cette approche réfléchie de la formation permet à l’apprenant d’acquérir un ou plusieurs savoirs, et le mène à consolider ses compétences. 


Il appartient donc au formateur de prodiguer ce guidage et cette interactivité : des questions réflexives, des défis à appliquer dans le quotidien professionnel de l’apprenant, des messages qui attirent son attention sur ce qui est important. À l’épicentre d’une formation digitale, le rôle du formateur dévoile toutes ses facettes. À la fois concepteur de contenus pédagogiques, scénariste et animateur d’une communauté apprenante, le formateur doit pouvoir accompagner et guider les apprenants tout au long de la formation

La digitalisation des formations rejoint le concept de techno-pédagogie à savoir l’utilisation du learning, au service d’un apprentissage différenciant. En parallèle, le formateur doit rester à l’écoute des besoins de ses apprenants, qui se trouvent au cœur du dispositif de formation, et plus précisément, du processus de digitalisation. 

Le rôle du formateur évolue, dans une dimension beaucoup plus agile. Le but ? Impulser une transformation des pratiques de formation, celles qui ont trait à la personnalisation de l’apprentissage. Au-delà des outils et de la technique, c’est à l’évolution des pratiques pédagogiques et comportementales que nous devons dédier le changement.  La digitalisation d’une formation implique un réel travail de réflexion pédagogique de la part du formateur et cela se doit d’être pris en compte dans les critères de choix des solutions de conception existantes, pour l’accompagner et le guider dans cette démarche.  

Demander une démo de Didask


Dans la même thématique