Soft Skills : la dernière roue du carrosse en digital learning ?

Svetlana Meyer
·
1/12/21
Personnification des soft skills, rejetées à l'entrée de la boite de nuit du digital learning
Les seules compétences techniques ne suffisent plus : les soft skills sont un enjeu professionnel majeur 

A-t-on toujours une piètre image des soft skills en entreprise ? 

À l’heure actuelle, il existe une véritable méconnaissance des « soft skills » et de leur importance. Selon une récente étude OpinionWay, seuls 20% des salariés français affirment savoir ce dont il s’agit, contre 42% de managers qui connaissent ce concept. La méfiance au regard d’une évaluation qui pourrait s’avérer injuste est présente. En effet, l’évaluation d’un salarié peut devenir à tort une estimation de l’adéquation entre sa personnalité et la subjectivité de l' évaluateur, ce qui engendre forcément des dérives. Pourtant, tout repose sur la concordance entre un modèle d’entreprise et le concept des soft skills, qui ne sont pas un simple passeport de bonne conduite. 

C’est peut-être pour cette raison que l’évaluation des performances ne tient pas toujours compte des soft skills, alors que la situation actuelle révèle leur importance pour permettre à une entreprise de maintenir son activité. La faculté d’adaptation à une situation inhabituelle, allant au-delà du télétravail, illustre parfaitement cette nouvelle donne. Ainsi, les organisations doivent adopter de nouveaux modes de collaboration : autonomie, flexibilité, agilité sont désormais des critères majeurs de performance et d’adaptation. 

Les soft skills ne sont pas une liste de compétences optionnelles ! 

Force est de constater que le concept des soft skills découle de celui des hard skills. À l’image d’un technicien qui doit adapter ses gestes, au regard d’une situation originale ou inconnue, les compétences multiples que sont hard skills et soft skills se répondent et sont complémentaires. 

Définir les soft skills s’impose à nous comme un véritable défi. L'adaptabilité, l’intelligence émotionnelle ou la créativité illustrent parfaitement ces compétences dépassant un savoir-faire technique. Pour autant, les études qui listent une dizaine voire une douzaine de compétences de façon étoffée, ne vont pas définir clairement ce que sont les soft skills. Finalement, le plus important n’est pas de savoir ce que sont les soft skills, mais lesquelles correspondent aux enjeux d’une organisation, à ses valeurs, à son ADN et sa culture, en toute transparence.

Découvrir la solution Didask pour les soft skills

Les soft skills ne sont pas innées, elles se travaillent : focus sur les mises en situation immersives 

Il est souvent difficile de s'y retrouver dans la complexité du quotidien. Les cas pratiques permettent donc de rendre un concept vague beaucoup plus concret comme faire preuve d’audace lors d’une mission critique dans son entreprise. 

La solution Didask propose un découpage granulaire permettant de travailler les différents aspects d’une même compétence appartenant au registre des soft skills, au cours de situations dont la complexité sera croissante. 

Par ailleurs, on peut totalement travailler softs skills et hard skills en même temps. Former à l'application des soft skills signifie que vous formez vos collaborateurs à l’application d’une procédure technique et au moyen d’appliquer cette procédure ensemble, ou de l’ajuster en fonction des situations. Notre méthode de conception pédagogique vous permet justement, sur un sujet donné, d’éviter les erreurs et de les mettre en scène dans des cas pratiques. 

Le savoir-faire technique ne suffit plus, puisque l’évaluation des compétences va bien au-delà : collaboration fluide, capacité à gérer une équipe, communication efficace … Sur le terrain, les soft skills font toute la différence. Alors comment se former en pratiquant de manière complètement autonome ? 

C’est un levier d’apprentissage différenciant que propose la solution Didask. Et qui mieux que Cog’X pour évoquer la formation aux soft skills en digital learning ? L’agence de conseil et d’études a choisi notre solution, pour co-construire ses parcours d’exercices centrés sur les soft skills. Ainsi qu’en témoignent les experts Cog’X, le système de mise en situation que propose la solution Didask permet aux apprenants d’être confrontés à leurs propres expériences de travail : ils se rendent comptent que leurs comportements ne sont pas toujours les bons. Il est donc plus aisé de se remettre en question. 

Les soft skills, une expérience d’apprentissage augmentée, au service de la pluralité des compétences

À notre époque, le numérique et ses usages impliquent de profonds changements,  menant à la complexification des métiers, ainsi qu’à une demande d’accompagnement personnalisée, qu’il s’agisse de vos clients ou de vos collaborateurs. Ce sont les soft skills qui font toute la différence : il ne suffit pas seulement d’en parler. Il faut savoir les mobiliser pour observer une progression, obtenir un résultat efficace sur le long terme. 

Les soft skills sont un levier de la transformation des pratiques organisationnelles, puisqu’elles facilitent une pensée novatrice et l’évolution de la culture d’entreprise. Avec l’approche pédagogique innovante de Didask, vous avez la possibilité de créer des mises en situation au plus proche du quotidien des collaborateurs sans que cela reste théorique et dans lesquelles ils peuvent se projeter.

Demander une démo Didask en soft skills


Afin de mettre en forme et afficher aux mieux vos soft skills pour le recruteur, utilisez un modèle de CV optimisé pour le recrutement et assurez vous un rendu lisible et professionnel

Retrouvez tous nos articles sur le sujet dans la rubrique "Soft Skills" de notre blog

Sources

Avis d’Expert : Entreprises, pour surmonter la crise, faites appel aux soft skills Étude “Les salariés et les soft skills” (Etude OpinionWay pour Dropbox “Les salariés et les soft skills” réalisée entre le 21 et le 27 février 2020 auprès d’un échantillon de 1030 personnes représentatif de la population française des salariés du secteur privé âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence).

Dans la même thématique